Aller au contenu

Général Aymé

Charles Jean Louis Aymé (28 janvier 1770 - Melle (Deux-Sèvres) ✝ 27 juin 1852)

Référence: GLAYME
62,90 €

en stock (livrable sous 48h ouvrées)

En savoir plus...

Personnalisez gratuitement votre figurine

Ecrivez ci-dessous le texte de votre choix et ajoutez éventuellement le logo de votre choix. Exemple de personnalisation

Aucun Alliances Colombes Casque
oui, je souhaite un emballage Cadeau

Général Ayme

Charles Jean Louis AYME

Charles Jean Louis Aymé (28 janvier 1770 - Melle (Deux-Sèvres) ✝ 27 juin 1852)
Après avoir fait ses études à l'École royale et militaire de Pont-le-Voy, Aymé entra comme élève à l'École des ponts et chaussées le 19 novembre 1787.
À cette époque, le corps du génie, avait besoin d'officiers jeunes et capables pour diriger la marche des armées françaises. L’ingénieur Aymé prit place dans ce corps avec le grade de lieutenant.
 Sa valeur fut si bien reconnue que le général Bonaparte, le désigna pour faire partie de l'armée expéditionnaire d'Orient .
Attaché à la division du général Lannes, il fit  les campagnes d’Egytpe et de  Syrie et fut nommé chef de bataillon.
Pendant les assauts de Saint-Jean-d’Acre, auxquels il prit part avec une grande valeur ;  il reçut un coup de feu au bras gauche et plusieurs éclats de mitraille aux deux jambes.
En Mars 1800, sous le commandement du général Kléber,  au siège du Caire, et à la bataille d'Héliopolis, il donna de nouvelles preuves de sa bravoure.
Après la capitulation d'Alexandrie, Aymé revint en France.
Il passa à l'armée de Naples, commandée par le général Gouvion-Saint-Cyr.
Dans les premiers jours d’avril 1807, il fut envoyé à  Dantzig, où le maréchal Lefebvre l'employa comme son premier aide de camp jusqu'à la fin du siège.
Les militaires qui ont assisté au siège de Dantzig pourraient  dire combien de difficultés et de dangers il y avait à tenter une telle entreprise.
L'Empereur, satisfait des services de l'adjudant-commandant Aymé pendant le siège de Dantzig, le nomma officier de la Légion d'honneur le 14 mai 1807.
La mort du lieutenant-général Aymé devait être belle comme sa vie. Le 27 juin 1852, après une longue maladie, il termina sa carrière si glorieuse, entouré de ses nombreux amis. La douleur de ses derniers instants fut adoucie par les deux plus touchantes consolations qu'il soit donné à l'homme de trouver dans ce moment suprême : un prêtre et un de ses enfants bien-aimés étaient à ses côtés.

  • Disponibilité :en stock (livrable sous 48h ouvrées)
  • Figurines Etain par thème :Napoleon
  • Type de figurine :Figurine en etain