Aller au contenu
  • Sapeur

    Les Sapeurs portent l’habit des Grenadiers, avec les manches agrémentées de deux petites haches croisées, or et écarlate.

    Le bonnet d’ourson n’a pas de plaque, mais ils sont armés d’un sabre-scie particulier dont la poignée est surmontée d'une tête de coq, remplacée plus tard, par une tête d’aigle.
    L'équipement se complète de la hache portée sur l'épaule, au défilé, et du fameux tablier de buffle blanchi. On les appelait, à l'origine, Soldats-Charpentiers. Tous portaient la barbe entière, ce qui ne manquait pas de faire une grosse impression. La tradition les place en tête du régiment pour rappeler que leur rôle sur le terrain est d’ouvrir le passage et de déblayer les obstacles. Ils construisaient des abris, érigeaient des ouvrages défensifs et coopéraient avec le génie à l’édification des ponts

    59,90 €
  • Sapeur Sous-Officier

    Les Sapeurs portent l’habit des Grenadiers, avec les manches agrémentées de deux petites haches croisées, or et écarlate.

    Le bonnet d’ourson n’a pas de plaque, mais ils sont armés d’un sabre-scie particulier dont la poignée est surmontée d'une tête de coq, remplacée plus tard, par une tête d’aigle.
    L'équipement se complète de la hache portée sur l'épaule, au défilé, et du fameux tablier de buffle blanchi. On les appelait, à l'origine, Soldats-Charpentiers. Tous portaient la barbe entière, ce qui ne manquait pas de faire une grosse impression. La tradition les place en tête du régiment pour rappeler que leur rôle sur le terrain est d’ouvrir le passage et de déblayer les obstacles. Ils construisaient des abris, érigeaient des ouvrages défensifs et coopéraient avec le génie à l’édification des ponts

    59,90 €
  • Musicien Tambour

    Les tambours et trompettes ne sont pas considérés comme musiciens, ce sont des soldats à part entière.

    Dans l'infanterie chaque compagnie doit avoir deux tambours, deux trompettes pour la cavalerie.
    Ils ont pour rôle essentiel de transmettre les ordres et commandements sur le champ de bataille (la charge, la diane, la victoire est à nous...entre autre).

    Il y a pourtant un cas unique où le tambour restait en arrière de tout le monde, c’est lorsqu'il avait été désigné pour soutenir et rythmer la marche des éclopés. Placé à la fin de la dernière compagnie de batterie, il battait une marche spéciale à leur intention

    Pour être plus visible des officiers ils ont généralement une tenue inversée (la couleur distinctive devient celle du fond de l'habit et réciproquement).

    59,90 €
  • Musicien Tambour Maître

    Les tambours et trompettes ne sont pas considérés comme musiciens, ce sont des soldats à part entière.

    Dans l'infanterie chaque compagnie doit avoir deux tambours, deux trompettes pour la cavalerie.
    Ils ont pour rôle essentiel de transmettre les ordres et commandements sur le champ de bataille (la charge, la diane, la victoire est à nous...entre autre).

    Pour être plus visible des officiers ils ont généralement une tenue inversée (la couleur distinctive devient celle du fond de l'habit et réciproquement).

    Aux côtés des tambours, se tenait un tambour-maître, simplement muni d'une petite canne dont il n’hésitait pas à se servir pour taper sur ses subordonnés trop turbulents dans le rang.

    L’instrument lui-même pouvait servir à d'autres usages imprévus ! On pouvait en faire une table à jeux, y déposer sa gamelle pour un repas plus confortable, s’asseoir dessus pendant la pause, et on a même dit qu’une nuit, Napoléon dormit sous un abri composé de plusieurs tambours superposés.
    Jusqu'en 1809 les sapeurs et les tambours étaient au nombre de deux par compagnie. Ils furent trois ensuite jusqu’à la fin de l’Empire. Pour les défilés et parades on les regroupait devant les musiciens, tous ensemble, pour former la Tête de Colonne, ils étaient donc au minimum huit sapeurs et huit tambours.

    59,90 €
  • Musicien Tambour Major

    Derrière les Sapeurs, apparaît le Tambour-Major, silhouette familière et souvent gigantesque.
    Celui des Grenadiers s’appelait Monsieur Senot, ancien capitaine du Roi au régiment d’Austrasie. Le panache de son chapeau portait sa taille totale à 2m 30 !

    Son uniforme couturé d’or était si coûteux qu'on prétendait qu'il valait mieux faire prisonnier un tambour Major que Napoléon lui-même !

    Avec sa longue canne à pommeau d’argent, il commandait les roulements des tambours, qui pour le défilé étaient extraits de leurs compagnies respectives et regroupés en tête.

    En dehors de cette fonction d'apparat, ils marquèrent chaque instant de la vie militaire, qui était ponctuée de batteries particulières : le réveil, aux champs, la diane, la marche du drapeau, à l’Empereur, l'extinction des feux. Au combat, ils transmettaient les instructions des Chefs de Corps, car le bruit de la fusillade couvrait les commandements oraux, charge, retraite, ralliement, etc ...

    59,90 €
  • Musicien Caisse claire

    On distinguait trois rangs dans cette formation (Musiciens) :
    le premier, dit «à la turque» comprenait les percussions, triangles, cymbales, chapeau chinois, caisse roulante, caisse claire et la grosse caisse timbrée de l’Aigle Impériale.

    Le deuxième était constitué des «bois», clarinettes, flûtes, hautbois, bassons et aussi ces curieux instruments disparus aujourd'hui: les serpents, tandis que
    le troisième rang réunissait les cuivres, trompettes, cors, et des trombones étonnants, dont le pavillon était constitué d'une tête de dragon verte à la gueule rouge.

    Ces virtuoses étaient dirigés par un Chef de Musique qui marchait à leur côté, en battant la mesure avec une petite baguette.

    Ils jouaient aussi dans les bals et les fêtes de l'Empire ainsi que dans les jardins publics des villes occupées, mais ils leur est arrivé bien souvent d'exécuter des airs, imperturbablement au cours des batailles même.
    Toutefois, lorsqu'ils n’étaient pas occupés à jouer de leur instrument, on les employait au ramassage des blessés et à l’approvisionnement en cartouches.

    Afin de vous aider à reconstituer le plus fidèlement possible votre Tête de Colonne, grâce à nos figurines, nous vous donnons ici la composition exacte de cette musique, qui jouait à cette époque «on va leur percer le flanc», «L’aimable Fanchon», «Prenons tant qu’ils n’y sont pas l’Alsace et la Bourgogne», «Dans la rue Chiffonière, y a t’une belle fille» et «Ma culotte se déchire, ah ! que nous allons rire !» ...

    59,90 €
  • Musicien Caisse roulante

    On distinguait trois rangs dans cette formation (Musiciens) :
    le premier, dit «à la turque» comprenait les percussions, triangles, cymbales, chapeau chinois, caisse roulante, caisse claire et la grosse caisse timbrée de l’Aigle Impériale.

    Le deuxième était constitué des «bois», clarinettes, flûtes, hautbois, bassons et aussi ces curieux instruments disparus aujourd'hui: les serpents, tandis que
    le troisième rang réunissait les cuivres, trompettes, cors, et des trombones étonnants, dont le pavillon était constitué d'une tête de dragon verte à la gueule rouge.

    Ces virtuoses étaient dirigés par un Chef de Musique qui marchait à leur côté, en battant la mesure avec une petite baguette.

    Ils jouaient aussi dans les bals et les fêtes de l'Empire ainsi que dans les jardins publics des villes occupées, mais ils leur est arrivé bien souvent d'exécuter des airs, imperturbablement au cours des batailles même.
    Toutefois, lorsqu'ils n’étaient pas occupés à jouer de leur instrument, on les employait au ramassage des blessés et à l’approvisionnement en cartouches.

    Afin de vous aider à reconstituer le plus fidèlement possible votre Tête de Colonne, grâce à nos figurines, nous vous donnons ici la composition exacte de cette musique, qui jouait à cette époque «on va leur percer le flanc», «L’aimable Fanchon», «Prenons tant qu’ils n’y sont pas l’Alsace et la Bourgogne», «Dans la rue Chiffonière, y a t’une belle fille» et «Ma culotte se déchire, ah ! que nous allons rire !» ...

    59,90 €
  • Musicien Cymbales

    On distinguait trois rangs dans cette formation (Musiciens) :

    le premier, dit «à la turque» comprenait les percussions, triangles, cymbales, chapeau chinois, caisse roulante, caisse claire et la grosse caisse timbrée de l’Aigle Impériale.

    Le deuxième était constitué des «bois», clarinettes, flûtes, hautbois, bassons et aussi ces curieux instruments disparus aujourd'hui: les serpents, tandis que
    le troisième rang réunissait les cuivres, trompettes, cors, et des trombones étonnants, dont le pavillon était constitué d'une tête de dragon verte à la gueule rouge.

    Ces virtuoses étaient dirigés par un Chef de Musique qui marchait à leur côté, en battant la mesure avec une petite baguette.

    Ils jouaient aussi dans les bals et les fêtes de l'Empire ainsi que dans les jardins publics des villes occupées, mais ils leur est arrivé bien souvent d'exécuter des airs, imperturbablement au cours des batailles même.
    Toutefois, lorsqu'ils n’étaient pas occupés à jouer de leur instrument, on les employait au ramassage des blessés et à l’approvisionnement en cartouches.

    Afin de vous aider à reconstituer le plus fidèlement possible votre Tête de Colonne, grâce à nos figurines, nous vous donnons ici la composition exacte de cette musique, qui jouait à cette époque «on va leur percer le flanc», «L’aimable Fanchon», «Prenons tant qu’ils n’y sont pas l’Alsace et la Bourgogne», «Dans la rue Chiffonière, y a t’une belle fille» et «Ma culotte se déchire, ah ! que nous allons rire !» ...

    59,90 €
  • Musicien Grosse caisse

    On distinguait trois rangs dans cette formation (Musiciens) :

    le premier, dit «à la turque» comprenait les percussions, triangles, cymbales, chapeau chinois, caisse roulante, caisse claire et la grosse caisse timbrée de l’Aigle Impériale.

    Le deuxième était constitué des «bois», clarinettes, flûtes, hautbois, bassons et aussi ces curieux instruments disparus aujourd'hui: les serpents, tandis que
    le troisième rang réunissait les cuivres, trompettes, cors, et des trombones étonnants, dont le pavillon était constitué d'une tête de dragon verte à la gueule rouge.

    Ces virtuoses étaient dirigés par un Chef de Musique qui marchait à leur côté, en battant la mesure avec une petite baguette.

    Ils jouaient aussi dans les bals et les fêtes de l'Empire ainsi que dans les jardins publics des villes occupées, mais ils leur est arrivé bien souvent d'exécuter des airs, imperturbablement au cours des batailles même.
    Toutefois, lorsqu'ils n’étaient pas occupés à jouer de leur instrument, on les employait au ramassage des blessés et à l’approvisionnement en cartouches.

    Afin de vous aider à reconstituer le plus fidèlement possible votre Tête de Colonne, grâce à nos figurines, nous vous donnons ici la composition exacte de cette musique, qui jouait à cette époque «on va leur percer le flanc», «L’aimable Fanchon», «Prenons tant qu’ils n’y sont pas l’Alsace et la Bourgogne», «Dans la rue Chiffonière, y a t’une belle fille» et «Ma culotte se déchire, ah ! que nous allons rire !» ...

    59,90 €
  • Musicien Triangle

    On distinguait trois rangs dans cette formation (Musiciens) :
    le premier, dit «à la turque» comprenait les percussions, triangles, cymbales, chapeau chinois, caisse roulante, caisse claire et la grosse caisse timbrée de l’Aigle Impériale.

    Le deuxième était constitué des «bois», clarinettes, flûtes, hautbois, bassons et aussi ces curieux instruments disparus aujourd'hui: les serpents, tandis que
    le troisième rang réunissait les cuivres, trompettes, corps, et des trombones étonnants, dont le pavillon était constitué d'une tête de dragon verte à la gueule rouge.

    Ces virtuoses étaient dirigés par un Chef de Musique qui marchait à leur côté, en battant la mesure avec une petite baguette.

    Ils jouaient aussi dans les bals et les fêtes de l'Empire ainsi que dans les jardin publics des villes occupées, mais ils leur est arrivé bien souvent d'exécuter des airs, imperturbablement au cours des batailles même.
    Toutefois, lorsqu'ils n’étaient pas occupés à jouer de leur instrument, on les employait au ramassage des blessés et à l’approvisionnement en cartouches.

    Afin de vous aider à reconstituer le plus fidèlement possible votre Tête de Colonne, grâce à nos figurines, nous vous donnons ici la composition exacte de cette musique, qui jouait à cette époque «on va leur percer le flanc», «L’aimable Fanchon», «Prenons tant qu’ils n’y sont pas l’Alsace et la Bourgogne», «Dans la rue Chiffonière, y a t’une belle fille» et «Ma culotte se déchire, ah ! que nous allons rire !» ...

    59,90 €
  • Musicien Chapeau chinois

    On distinguait trois rangs dans cette formation (Musiciens) :
    le premier, dit «à la turque» comprenait les percussions, triangles, cymbales, chapeau chinois, caisse roulante, caisse claire et la grosse caisse timbrée de l’Aigle Impériale.

    Le deuxième était constitué des «bois», clarinettes, flûtes, hautbois, bassons et aussi ces curieux instruments disparus aujourd'hui: les serpents, tandis que
    le troisième rang réunissait les cuivres, trompettes, cors, et des trombones étonnants, dont le pavillon était constitué d'une tête de dragon verte à la gueule rouge.

    Ces virtuoses étaient dirigés par un Chef de Musique qui marchait à leur côté, en battant la mesure avec une petite baguette.

    Ils jouaient aussi dans les bals et les fêtes de l'Empire ainsi que dans les jardins publics des villes occupées, mais ils leur est arrivé bien souvent d'exécuter des airs, imperturbablement au cours des batailles même.
    Toutefois, lorsqu'ils n’étaient pas occupés à jouer de leur instrument, on les employait au ramassage des blessés et à l’approvisionnement en cartouches.

    Afin de vous aider à reconstituer le plus fidèlement possible votre Tête de Colonne, grâce à nos figurines, nous vous donnons ici la composition exacte de cette musique, qui jouait à cette époque «on va leur percer le flanc», «L’aimable Fanchon», «Prenons tant qu’ils n’y sont pas l’Alsace et la Bourgogne», «Dans la rue Chiffonière, y a t’une belle fille» et «Ma culotte se déchire, ah ! que nous allons rire !» ...

    59,90 €
  • Musicien Hautbois

    On distinguait trois rangs dans cette formation (Musiciens) :
    le premier, dit «à la turque» comprenait les percussions, triangles, cymbales, chapeau chinois, caisse roulante, caisse claire et la grosse caisse timbrée de l’Aigle Impériale.

    Le deuxième était constitué des «bois», clarinettes, flûtes, hautbois, bassons et aussi ces curieux instruments disparus aujourd'hui: les serpents, tandis que
    le troisième rang réunissait les cuivres, trompettes, cors, et des trombones étonnants, dont le pavillon était constitué d'une tête de dragon verte à la gueule rouge.

    Ces virtuoses étaient dirigés par un Chef de Musique qui marchait à leur côté, en battant la mesure avec une petite baguette.

    Ils jouaient aussi dans les bals et les fêtes de l'Empire ainsi que dans les jardins publics des villes occupées, mais ils leur est arrivé bien souvent d'exécuter des airs, imperturbablement au cours des batailles même.
    Toutefois, lorsqu'ils n’étaient pas occupés à jouer de leur instrument, on les employait au ramassage des blessés et à l’approvisionnement en cartouches.

    Afin de vous aider à reconstituer le plus fidèlement possible votre Tête de Colonne, grâce à nos figurines, nous vous donnons ici la composition exacte de cette musique, qui jouait à cette époque «on va leur percer le flanc», «L’aimable Fanchon», «Prenons tant qu’ils n’y sont pas l’Alsace et la Bourgogne», «Dans la rue Chiffonière, y a t’une belle fille» et «Ma culotte se déchire, ah ! que nous allons rire !» ...

    59,90 €
  • Musicien Chef de musique

    On distinguait trois rangs dans cette formation (Musiciens) :

    le premier, dit «à la turque» comprenait les percussions, triangles, cymbales, chapeau chinois, caisse roulante, caisse claire et la grosse caisse timbrée de l’Aigle Impériale.

    Le deuxième était constitué des «bois», clarinettes, flûtes, hautbois, bassons et aussi ces curieux instruments disparus aujourd'hui: les serpents, tandis que
    le troisième rang réunissait les cuivres, trompettes, cors, et des trombones étonnants, dont le pavillon était constitué d'une tête de dragon verte à la gueule rouge.

    Ces virtuoses étaient dirigés par un Chef de Musique qui marchait à leur côté, en battant la mesure avec une petite baguette.

    Ils jouaient aussi dans les bals et les fêtes de l'Empire ainsi que dans les jardins publics des villes occupées, mais ils leur est arrivé bien souvent d'exécuter des airs, imperturbablement au cours des batailles même.
    Toutefois, lorsqu'ils n’étaient pas occupés à jouer de leur instrument, on les employait au ramassage des blessés et à l’approvisionnement en cartouches.

    Afin de vous aider à reconstituer le plus fidèlement possible votre Tête de Colonne, grâce à nos figurines, nous vous donnons ici la composition exacte de cette musique, qui jouait à cette époque «on va leur percer le flanc», «L’aimable Fanchon», «Prenons tant qu’ils n’y sont pas l’Alsace et la Bourgogne», «Dans la rue Chiffonière, y a t’une belle fille» et «Ma culotte se déchire, ah ! que nous allons rire !» ...

    59,90 €
  • Musicien Trombone

    On distinguait trois rangs dans cette formation (Musiciens) :
    le premier, dit «à la turque» comprenait les percussions, triangles, cymbales, chapeau chinois, caisse roulante, caisse claire et la grosse caisse timbrée de l’Aigle Impériale.

    Le deuxième était constitué des «bois», clarinettes, flûtes, hautbois, bassons et aussi ces curieux instruments disparus aujourd'hui: les serpents, tandis que
    le troisième rang réunissait les cuivres, trompettes, cors, et des trombones étonnants, dont le pavillon était constitué d'une tête de dragon verte à la gueule rouge.

    Ces virtuoses étaient dirigés par un Chef de Musique qui marchait à leur côté, en battant la mesure avec une petite baguette.

    Ils jouaient aussi dans les bals et les fêtes de l'Empire ainsi que dans les jardins publics des villes occupées, mais ils leur est arrivé bien souvent d'exécuter des airs, imperturbablement au cours des batailles même.
    Toutefois, lorsqu'ils n’étaient pas occupés à jouer de leur instrument, on les employait au ramassage des blessés et à l’approvisionnement en cartouches.

    Afin de vous aider à reconstituer le plus fidèlement possible votre Tête de Colonne, grâce à nos figurines, nous vous donnons ici la composition exacte de cette musique, qui jouait à cette époque «on va leur percer le flanc», «L’aimable Fanchon», «Prenons tant qu’ils n’y sont pas l’Alsace et la Bourgogne», «Dans la rue Chiffonière, y a t’une belle fille» et «Ma culotte se déchire, ah ! que nous allons rire !» ...

    59,90 €
  • Musicien Trompette

    On distinguait trois rangs dans cette formation (Musiciens) :
    le premier, dit «à la turque» comprenait les percussions, triangles, cymbales, chapeau chinois, caisse roulante, caisse claire et la grosse caisse timbrée de l’Aigle Impériale.

    Le deuxième était constitué des «bois», clarinettes, flûtes, hautbois, bassons et aussi ces curieux instruments disparus aujourd'hui: les serpents, tandis que
    le troisième rang réunissait les cuivres, trompettes, cors, et des trombones étonnants, dont le pavillon était constitué d'une tête de dragon verte à la gueule rouge.

    Ces virtuoses étaient dirigés par un Chef de Musique qui marchait à leur côté, en battant la mesure avec une petite baguette.

    Ils jouaient aussi dans les bals et les fêtes de l'Empire ainsi que dans les jardins publics des villes occupées, mais ils leur est arrivé bien souvent d'exécuter des airs, imperturbablement au cours des batailles même.
    Toutefois, lorsqu'ils n’étaient pas occupés à jouer de leur instrument, on les employait au ramassage des blessés et à l’approvisionnement en cartouches.

    Afin de vous aider à reconstituer le plus fidèlement possible votre Tête de Colonne, grâce à nos figurines, nous vous donnons ici la composition exacte de cette musique, qui jouait à cette époque «on va leur percer le flanc», «L’aimable Fanchon», «Prenons tant qu’ils n’y sont pas l’Alsace et la Bourgogne», «Dans la rue Chiffonière, y a t’une belle fille» et «Ma culotte se déchire, ah ! que nous allons rire !» ...

    59,90 €
  • Musicien Serpent

    On distinguait trois rangs dans cette formation (Musiciens) :
    le premier, dit «à la turque» comprenait les percussions, triangles, cymbales, chapeau chinois, caisse roulante, caisse claire et la grosse caisse timbrée de l’Aigle Impériale.

    Le deuxième était constitué des «bois», clarinettes, flûtes, hautbois, bassons et aussi ces curieux instruments disparus aujourd'hui: les serpents, tandis que
    le troisième rang réunissait les cuivres, trompettes, cors, et des trombones étonnants, dont le pavillon était constitué d'une tête de dragon verte à la gueule rouge.

    Ces virtuoses étaient dirigés par un Chef de Musique qui marchait à leur côté, en battant la mesure avec une petite baguette.

    Ils jouaient aussi dans les bals et les fêtes de l'Empire ainsi que dans les jardins publics des villes occupées, mais ils leur est arrivé bien souvent d'exécuter des airs, imperturbablement au cours des batailles même.
    Toutefois, lorsqu'ils n’étaient pas occupés à jouer de leur instrument, on les employait au ramassage des blessés et à l’approvisionnement en cartouches.

    Afin de vous aider à reconstituer le plus fidèlement possible votre Tête de Colonne, grâce à nos figurines, nous vous donnons ici la composition exacte de cette musique, qui jouait à cette époque «on va leur percer le flanc», «L’aimable Fanchon», «Prenons tant qu’ils n’y sont pas l’Alsace et la Bourgogne», «Dans la rue Chiffonière, y a t’une belle fille» et «Ma culotte se déchire, ah ! que nous allons rire !» ...

    59,90 €